RDC:Entrepreneuriat ,mon calvaire en RDC Tribune de Jo Sekimonyo

RDC:Entrepreneuriat ,mon calvaire en RDC Tribune de Jo Sekimonyo

Spread the love

By rédaction

Kinshasa,20 Juillet 2022(TOP243 NEWS).-L’integralite du tribune de Jo Sekimonyo sur l’entrepreneuriat en république démocratique du Congo.

Selon le récit dépeint par les organisations internationales et approuvé par les Congolais à l’intérieur et à l’extérieur du pays, les principaux défis auxquels sont confrontés les investissements et l’entrepreneuriat en RDC sont la médiocrité des infrastructures, un système fiscal arbitraire et une bureaucratie corrompue. Pour ce faire, les gouvernements successifs lancent de grands projets de désenclavement de ce sous-continent et promettent des efforts accrus contre la corruption et une meilleure collecte des recettes. Mis à part les scandales qui en ont résulté, ce sont des réponses faciles à des questions qui abordent superficiellement le problème fondamental.

On pourrait en déduire une contradiction scandaleuse dans la ferme croyance en un avenir meilleur pour la RDC et un appel solennel aux nationaux et étrangers sincères à ne pas investir, dans l’immédiat, dans mon cher pays d’origine. C’est plutôt avec un sens patriotique et des frustrations aiguës et sans ressentiment que ce plaidoyer rationnel est mené.

Après avoir fait face à une longue liste de caprices bureaucratiques ostentatoires et ridicules en essayant d’investir et de créer des entreprises en RDC, avec une préoccupation moderne, on conclut qu’il vaut mieux commencer dans l’espace alors que la politique et la réglementation n’existent pratiquement que dans une zone où les garde-fous et les évêques sont déjà en place. L’écosystème des médias télévisuels en est malheureusement une bonne illustration.

Potentiel des médias télévisuels

Les médias sont au cœur du développement équitable. Ils peuvent révéler la corruption. Ils peuvent surveiller les politiques publiques en faisant la lumière sur l’action gouvernementale. Ils permettent aux gens d’exprimer diverses opinions sur la gouvernance et la réforme, et aident à établir un consensus public pour apporter des changements.

La télévision est considérée comme l’un des médias de masse les plus importants et les plus influents car elle a eu un grand effet sur l’audience. Fondamentalement, elle existe pour éclairer et divertir le public. Elle tend un miroir à nos vies, soit directement à travers l’actualité et l’actualité, soit indirectement à travers la comédie ou le drame, et nous permet de sortir de notre existence dans des mondes différents du nôtre.

En RDC, d’une part, il est attristant de voir des Congolais s’asphyxier financièrement ou étrangler les autres pour s’offrir un bouquet télévisé appartenant à des étrangers afin d’avoir un meilleur contenu pour se nourrir la tête et divertir leurs familles. Du coup, ils deviennent esclaves des fantasmes des autres qui n’ont rien à voir avec leur réalité et leurs défis.

En revanche, un plateau de télévision devient super solitaire et vide lorsque le dialogue est entraîné dans le domaine de l’économie politique pour aborder de vrais problèmes citoyens comme le chômage et les salaires ou analyser la feuille de route du gouvernement.

Ma motivation

L’économie a une grande importance dans la vie humaine. La télévision peut améliorer l’efficacité de l’économie en fournissant aux acteurs des informations plus nombreuses et de meilleure qualité pour prendre des décisions et en améliorant la stabilité. Elle catalyse des changements positifs dans la société en fournissant des informations qui influencent l’opinion publique. Elle aide les marchés à mieux fonctionner.

La culture financière des classes sociales économiquement les plus faibles est l’épine dorsale de l’inclusion financière.

Comme l’audiovisuel public est accessible à tous, la télévision frôle l’analphabétisme. Elle peut être utilisé pour préparer une bonne communication pour le développement de la société ou la mise en œuvre dans le secteur du développement. Il y a lieu de présenter un point de vue vivant sans embrasser futilement aux théories économiques comme la présentation des nombres mathématiques, au lieu de cela il y aura de dialogues et informations sur des problèmes réels et pertinents.

C’est ainsi que pour des raisons égoïstes d’économiser de l’argent et du temps au lieu d’organiser des conférences dans toutes les universités de ce sous-continent pour décoloniser et désenclaver l’état d’esprit des jeunes âmes et démystifier les idées et les notions comme le vrai problème de notre économie c’est qu’elle est extravertie (Suisse et Chine aussi, mais ils s’en sortent très bien économiquement), ou mettre en avant des gens qui peuvent discuter d’aspects du développement comme le salaire minimum, le chômage, la retraite, et l’exceptionnalisme économique de la RDC que j’ai lancé au début de 2019 une croisade pour avoir une chaîne de télévision « NBS Channel » qui mettra l’accent sur l’économie et la nouvelle technologie.

Tour de montagnes russes

En 2019, la RDC était déjà en pleine migration de l’analogique vers le numérique. Pour vous installer en tant que chaîne de télévision ou éditeur de programmes, vous devez obtenir le « ok » puis l’avis favorable du Ministère de la Communication et des Médias, celui du Comité National pour la Migration vers la Télévision Numérique Terrestre « TNT » , l’Office National du Réseau de Communication Terrestre « RENATELSAT », le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication « CSAC », l’Agence Nationale de Renseignement « ANR », il y a les va et viens pour les documents au secrétariat général du Ministère de la Communication et des Médias, puis 15.000 dollars, en plus de l’hémorragie financière tout au long du parcours, à la DGRAD.

Tout au long du processus, ni un plan d’affaires ni une présentation n’ont été requis ou même des documents dignes d’être lus par mon avocat sont entrés en jeu. Tout était question d’argent et de tolérance d’être la proie.

Mi-2019, j’avais tous les papiers et j’ai effectué le premier paiement à la DGRAD. On m’a dit que NBS Channel se connecterait très bientôt au distributeur numérique public. L’équipement a été acheté des Etats-Unis et de la Chine puis expédié à Kinshasa. Des présentateurs et des producteurs ont été embauchés, même deux blancs pour réciproquer les chaines étrangères qui embauchent les congolais. Des amis universitaires à l’étranger et des personnes désireuses de participer à travers tout le pays ainsi que des sponsors faisaient la queue. Puis tout s’est écrasé et le cauchemar a commencé.

Goulots

Tout blocage ou revers qui retarde vos processus métier peut être considéré comme un goulot d’étranglement, ce qui, dans une entreprise, fait référence à des zones de congestion au sein d’un système de production résultant d’une augmentation des charges de travail.

Malheureusement, en RDC, ce sont des individus ou devrais-je dire des bandits mandatés en quelque sorte à rançonner des clients, des contribuables, des investisseurs ou des entrepreneurs pour le boss ou tout le système. Ils sont partout dans les institutions publiques. Tout le monde dans le système les connaît, ils rigolent même quand on mentionne leur nom.

Rencontre avec l’ancien Ministre de la Communication et des Médias, la « TNT », le « RENATELSAT », le « CSCA », l’« ANR », tout comme la « DGRAD », tous manifestant un profond sentiment d’inquiétude mais rien n’a changé. Frapper à l’Agence Nationale pour la Promotion des Investissements « ANAPI », au PALU ou au ministère de justice était une autre leçon choquante car ils étaient tous impuissants.

Au-delà des dysfonctionnements ignobles des services de l’État dans lesquels ces brigands prospèrent et nourrissent leur sens du droit, il y a une question plus fondamentale négligée de tous qui reste à réévaluer car étant à la base de ce drame : le rôle de l’État dans notre économie.

Hanté par le fantôme de Léopold II

Les présupposés faux du rôle que l’État dans l’économie sont les facteurs clés dans la création d’un écosystème propice à toutes sortes de méfaits tels que les détournements de fonds publics et les rançons des commerçants, des entrepreneurs et des investisseurs par les fonctionnaires et les acteurs politiques.

L’obsession de l’idée que l’augmentation du budget de l’État prime sur les revenus des citoyens est à la fois folle et économiquement suicidaire.

Petit à petit après l’Independence, l’Etat s’est en effet substitué à la métropole coloniale. Comme en RDC on ne fait pas de politique mais plutôt on fait la débrouillardise par la voie de la politique, au point qu’un législateur ne comprend pas sa prérogative de se battre pour inclure des projets comme l’école et l’hôpital de sa circonscription dans le budget national au lieu de le prendre de sa propre poche, rendant l’esprit de ces acteurs transactionnel plutôt que stratégique. De fait, il n’est pas étonnant que des êtres aux motivations primitives, les goulots, aient beaucoup de pouvoir et d’estime.

Cet état de fait a un certain parallèle tragique pendant l’État indépendant du Congo, comme les Congolais qui ont été choisis par les colons pour couper les mains d’autres indigènes qui n’ont pas respecté les quotas fiscaux de Léopold II. Par contre, ce qui est à la fois sordide et une culture toxique pour le développement d’une nation, ce que quiconque me sonde sur le lancement de la chaîne me demande si je n’ai pas proposé le bon montant pour le pot-de-vin, étant un droit en dessous.

Par-dessus tout

Les principales fonctions de l’État sont de fournir un cadre juridique et infrastructurel propice aux entreprises commerciales et aux citoyens de s’enrichir. Différents arguments existent quant à la fonction nécessaire et appropriée de l’État dans une économie capitaliste telle que la RDC. Les partisans du laissez-faire privilégiant un État limité à la fourniture de biens publics et à la sauvegarde des droits de propriété privée. Les partisans de l’interventionnisme soulignent l’importance de la régulation, de l’intervention et de la stabilisation macroéconomiques pour créer un environnement propice à l’accumulation du capital et des affaires. En tout cas, c’est le peuple d’abord, et après l’Etat.

Tout au long du processus, j’ai rencontré des experts charmants et impuissants, et parfois je ne pouvais pas faire la différence entre l’incompétence et l’incompétence des autres. J’ai eu la chance d’apprendre la capacité d’être humain malgré le salaire misérable des fonctionnaires et j’ai été dégoûté par l’affirmation « les loups ne se mangent pas ». La mission est de refléter la situation économique de la RDC et du monde en introduisant une vision approfondie pour ceux qui s’intéressent à l’économie et les décideurs en plus des porteurs de projets, des investisseurs et des diverses classes économiques.

Jeune-turc

Un dirigeant politique ou une personne occupant un poste au sein du gouvernement devrait se préoccuper de son héritage, des réalisations historiquement importantes de son mandat.

Un principe idéologique qui a bien plus de politique économique que de simples implications politiques se situe à la jonction du parti dont le ministre de la Communication et des Médias Patrick Muyaya Katembwe est issu, le Parti lumumbiste unifié « PALU », et du parti du président Felix Tshisekedi, l’Union pour la démocratie et le progrès social « UDPS » ; « le peuple d’abord », et j’y ajouterai « les poches de l’Etat ensuite ».

Rien qu’à Kinshasa, sur les 200 chaînes connectées au distributeur numérique public, près de la moitié n’ont aucune autorisation ou avis favorable, même de l’« ANR », et moins de 10% ont tous les avis favorables comme NBS Channel. Comment cela a-t-il pu arriver ? plus que cela, comment pourrait-il encore être toléré après 2 ans de promesses de nettoyer le système ? Pourquoi les mêmes personnes qui ont été utilisées pour créer le désordre tiennent-elles le balai ? Pourquoi parle-t-on d’un nouveau frais qui s’ajoute aux 15 000 $ alors que le service n’est pas encore rendu ?

Le ministre Muyaya, en plus d’être issu du monde des médias, a été plébisciter comme ayant un esprit et des aspirations modernes. Il tient entre ses mains ce qui est la clé de l’expansion et de la croissance des secteurs essentiels au développement de la RDC tels que le tourisme, l’éducation, l’innovation et surtout l’alphabétisation économique. Va-t-il un jour se décider de se démarquer et de réparer le gâchis de ses deux récents prédécesseurs, l’un qui a choisi d’être tristement infâme et l’autre historiquement non pertinent.

Jusque-là, la liste des questions et énigmes ne cesse de s’allonger et d’ici là se transformera progressivement en doute.

Jo Sekimonyo

Auteur, théoricien, militant des droits de l’homme et économiste politique

A LA UNE ENTREPRENEURIAT